Wednesday, 27 August 2008

Friday, 22 August 2008

Back to Christianism? A note on a Guillebaud

I noticed a lot of posts about religion these last months. Here is my contribution: a short comment of Jean-Claude Guillebaud, Comment je suis redevenu chrétien, Albin Michel, Paris, 2007.

Please accept my apologies for the delay (the translation comes quite late). But I struggle all the day against my computer...

English version of: "Redevenir chrétien?"



(Some...) Philosophy of religion's links:
Ce que Dieu ne peut pas faire, Julien Dutant
L'argument ontologique rend impuissant, Florian Cova
L'argument ontologique ad hominem de Cyrille Michon, Julien Dutant
Dieu lit la presse people, Julien Dutant
Une preuve de la non-existence de Dieu, Julien Dutant
Philosophy of Religion 12, Peter Smith
Religious Experience, Peter Smith
The Trinity, Peter Smith

Short Biography:
Jean-Claude Guillebaud is a writer and a journalist borned in 1944 (Alger). He worked as a journalist in the French newspapers: Sud Ouest, Le Monde, Le Nouvel Observateur. He was rewarded by the Albert Londres prize in 1972 for his work.
He is writing in the media supplement of Le Nouvel Observateur and in the catholic newspaper La Vie.


1.Ouverture:

Guillebaud Thesis:
The openning chapter of the book does not take for granted the characterization (notably made by Left-Wing people) of the believer as an individual locked in his tradition, as the ridiculous survivor an archaic era; and this chapter is an examination of the consequences of this characterization.

Guillebaud's thesis: "I am not very sure of my faith, but I deeply believe that the Gospel message is still a fondamental value for people at this present time ... It is not a vague emotional state, but the conscience of a fundamental relevance that brings me closer to it. " (p. 23). Guillebaud therefore intends to demonstrate that the Christian religion can provide an appropriate response to contemporary problems.

Arguments
He tries to show that the current tools do not solve these problems in order to strengthen the strategic interest of Christianity: "For all these reasons, I felt quite confusely that we were coming out for good of the Post-war's world that might be called the "first modernity." I was struggling to overcome and even to express this intuition. I felt helpless, without concepts. In a way, I was without theoretical tools . " (p 36).

The contemporary era in question is the world that follows, according to him, the three revolutions: "an economic revolution with globalization, a digital revolution with the advent of cyberspace (the sixth continent), a genetic revolution which changes our relationship to life itself. " (p 38). These three revolutions are the facets of a broader qualitative leap, which has, according to him, an anthropological dimension. And these changes are causing a lot of anxiety.

According to Guillebaud, the Christian religion has the tools to respond, on one hand, to the theoretical problems posed by the qualitative leap, on the other hand, to the anxiety. How? Because it is a solid foundation.

At this stage it is difficult to examine the validity of the Guillebaud's thesis. Because Guillebaud never tell what "religion" means. The only thing we can say is that it is not an equivalent of God, theology or religious experience.

The beginning of the text (the statement of the opposing argument) suggests that religion is a social phenomenon, but when one sees the questions which the Christian religion is supposed to meet and resolve, one is obliged to set aside this interpretation. If it is right to stress that the caricature made by some leftists can not truly assess the power of religion to address contemporary problems, however, one cannot help to be skeptical when he sees the extraordinary power that Guillebaud is giving to religion, without telling how and what exactly is religion.

Leaving aside the question of interpretation, the conception of religion (not God) as a foundation that might help solving both theoretical and psychological problems (collective or individual) leaves the reader rather dubious. Lets imagine that the Christian religion is a foundation. What is based on this? According to Guillebaud, religion is the basis of man's humanity. Can it solve problems and relieve them? It is not clear how a way to justify the man's humanity can escape from its hinges. Guillebaud has perhaps expressed his point of view with many inaccuracies: for him, it is not only a foundation, but its "guiding principle", what is giving its "value" to humanity ...

The book is 1) a presentation the Christian religion as a foundation, 2) a presentation of his personal journey in Christianity. The following chapters show the author's progresses in the discovery of Christianity and the response to the thesis set out in the opening.



2. The first circle: "The sources of modernity"

Guillebaud Thesis:
Some (as in the opening, it is not clear whatever is behind of this "some") believes that the Catholic Church is an authoritarian, repressive, antimodern institution, and that modernity is the result of a fight against Christianism.

Guillebaud thinks, on the contrary, that the modern world would not have occurred without the Christian religion and its institutions. The modern world is the legitimate heir of the Church.

Argument:
The demonstration of Guillebaud is before everything else historical. He tries to convince us of the relevance of the Christian religion, by emphasizing the role it played in history. This chapter is really weak: besides the lack of precision, the (too) fast associations, this is a clash between antichristian historical clichés and prochristian historical clichés.

The first legacy of the modern world from Christianity, is individualism or autonomy. We are supposed to be satisfy with the enthusiasm he felt while reading the essay on individualism by Louis Dumont and The Source of the Self by Charles Taylor. We are supposed to feel the same excitement by the mere mention and we probably are supposed to accept the "real truth" without consideration ...

The second legacy is the aspiration of equality. The example (one of the cliché) used by Guillebaud is the controversy of Valladolid. To demonstrate this, he presupposes that modern culture is formed 1) of Greek heritage, 2) of the jewish legacy, 3) of the Christian heritage. If an entity in the modern world cannot be found in two possibilities, it is necessarily in the third. Therefore, since (!) equality is not in 1 or 2, it must lie 3. We shudder at such a historical reductionism ... Furthermore, it is not clear how a controversy which aim was to decide whether the Indians have a soul has been able to cause the rise of equality of all men in the modern world ...

The third legacy is the notion of progress, inherited from the concept of hope. The reasoning is similar to previous: there is the notion of hope in the past, there is the notion of progress in our time, it is not present in 1 or 2, so it comes from 3 ...

Some comments to finish this chapter:
- This interpretation of modernity, considered as an entity that inherits nothing from Christianity, is found nowhere among contemporary historians, sociologists...

- I have been a little surprised by this chapter because it gave me the impression to read the confidence of a child who realizes that the world is more complex than it looks.

- The author is making a lot of equivalences, too fast to my taste, in the first stage of his life, as in the next. 1) The Church is an authoritarian system that should be break down; 2) the Church has given everything to the modern West. In both cases, the author is making shortcuts that are unfounded.

- One wonders at the statement of Guillebaud: because Christianity has made the most modern values, the author believes that Christianity is able to respond to contemporary problems. But if the result of modern values is problematic and if modern values derived from Christian values, then the Christian values may quite probably lead to similar problematic conclusions.

Indeed, the author has recognized that the modern world owes much to Christianity, but it is not a sufficient reason to become a believer: "But this circle, I am aware, is still very peripheral towards the core of Christianity. It is far from the true faith. Christianity is something else than just a collection of humanist "values". To believe is not simply to accede to a catalogue of normative principles, which would comparable to the program of a political party. " (p 95).


3.The second circle: "evangelical subversion":

Guillebaud's thesis:
The author shows in this second chapter that "Christianity has cut History into two parts" and that the Christian religion is not a religion like any other.

Arguments:
For Guillebaud, Christianity is not a religion that repeats exactly the same structure as others: unlike other religions which, in the structure of sacrifice, take the view of the one doing the sacrifice and affirms the guilt of the victims, Christianity proclaims the innocence of the victim, takes the point of view of the victim and ruins the sacrifice by the resurrection:

"Girard va jusqu'à faire de cet aveuglement une métaphore de celui que nous appelons "Satan" (l'accusateur, selon l'étymologie grecque). Il y a donc cette subversion inimaginable du biblique qui ruine à tout jamais le discours des persécuteurs, celui des "puissances", des "principautés", c'est-à-dire de Satan. La résurrection signifie d'abord cela. Elle est cette extravagante objection qui vient enrayer la mécanique du sacrifice sur laquelle se fondent les cultures humaines. C'est bien pour cela que le consentement est le coeur incandescent de la foi chrétienne.. C'est elle qui confère au message évangélique sa puissance subversive... Quand il nous arrive d'être étonnés, puis scandalisés -à juste titre- par ces lynchages ou ces lapidations médiatiques que j'évoquais plus haut, nous ne cherchons pas à comprendre pourquoi nous réagissons ainsi... Ce dernier vient du fait que les sociétés dans lesquelles nous vivons ont intériorisé depuis longtemps la révélation évangélique, y compris ceux qui croient la combattre. Elles sont toujours capables, certes, de commettre des meurtres collectifs mais l'unanimité qui verrouillerait complètement le dispositif n'est plus possible. Nous sommes dorénavant capables de repérer le mensonge sacrificiel, c'est-à-dire la ruse de la persécution." (pp 108-109).

Guillebaud therefore emphasizes the "Theology of the Cross" instead of the "Theology of Glory ". And, by adopting this principle of subversion, he explains how he became more sensitive to justice issues. Always justifying his journey in life, he explains his commitment to the political left and his interest in social issues by taking seriously the Gospel message.

Why has he come closer to the Church if a political commitment is sufficient to achieve what he believes in? For Guillebaud, the contemporary situation is very similar to the original situation of the Church: the body (the clergy and faithfuls) of the Church is in a minority in relation to the rest of the population (atheists or agnostics), and it has a "subversive" power in this world that values money and success. It is the weakness of the Catholic institution that is the condition of possibility of this situation, according to the author. But the Left is, according to our author, too involved in the interests "of the time" to properly carry out the Gospel message. A return to the Church is needed...

But Guillebaud commits the same mistake as in the previous chapter: the sophism of origin (A is the source of B; if B, then A). Explanation. a) Guillebaud says that the message transmitted by the Evangelical Church is the origin of a sense of justice. b) This sense of justice spread almost everywhere. c) Whenever Guillebaud is facing a sense of justice, he thinks that Christianity is present.

The argument of Guillebaud can not be accepted. 1) It is an error of reasoning. Even if the Christian religion is the cause, it is not necessarily the reason for an individual to feel a sense of justice. And even if Christianism is the cause of the emergence of the sense of justice in certain cases, it may not be the cause for all the cases. He fails to take care of these cases. 2) Guillebaud seems incapable of conceiving the institutionalization of a social behaviour that becomes differenciated from its origin.

It is not clear why one should become a Christian, enter the Church, for the simple reason that Christianity may have caused some social behaviour. In addition, while Guillebaud never stop to speak highly of religion and its capacity to respond to contemporary problems, we still do not understand how the cause of a sense of justice may propose appropriated solutions to our world. It is one thing to arouse social commitment among men, and it is quite another to bring about the practical skills needed to solve all the problems involved in the three revolutions mentioned by Guillebaud in the opening chapter. That means that the final chapter is his only chance to convince us.



4. The third circle "faith as a decision":

Guillebaud's Thesis:
Faith is not formed by reason, but by the decision and the will to believe.

Arguments:
He shows in this chapter how he went from an attempt of conversion based on reason to the understanding of faith as a decision and an act of the will. The beginning of the chapter relates the shortcomings and the frustrations he faced with religious phenomena, in his first approach: boredom at Mass, the feeling of incomprehension in reading or recitating the canonical texts (the Creed or the Pater Noster)...

The solution to these shortcomings, is a change: to leave reason and to approach the belief in its voluntary decision-making dimension. "On croit aussi parce qu'on l'a choisi. La foi présuppose une adhésion délibérée, un saut personnel et subjectif qui permet de franchir les abîmes du doute. On se trompe en présentant la foi religieuse ou la croyance philosophique comme une chose donnée de l'extérieur, par l'effet d'une logique sur laquelle le croyant n'aurait aucune prise. Cette vision qui évacue toute idée de choix, d'engagement est trompeuse. En réalité, la croyance -comme la foi- n'est pas déduite mais voulue." (pp 173-174).

Guillebaud takes the path taken by many scholars before him, including the mentionned Pascal and Kierkegaard.

Some comments:
- We do not see the answer to the initial problem, namely the contemporaneity of Christianism.

-He evacuates very cavalierly the discussion of evidence of the existence of God (ontological proofs), which are still hotly very debated today (see the video la preuve ontologique, in French).

-It is in the final chapter that we learn that what we saw earlier had no real importance to religion. The question cannot be avoided: why did he not started with the final chapter where he deals with the core of religion? This chapter, which completely evacuates the reason as a "faculty" and the reasons as objects of argument, let the reader in a quandary. It would have been the perfect place to develop and explain the meaning of formulas such as "We do not" lose "faith as we lose our keys ... This is not faith but the will to believe that is weakening." (p 176) or others equally enigmatic.

-The treatment of the link between reason and belief is quite disturbing for the reader: "Croire, c'est aussi faire confiance, partager une sensibilité particulière. Admiration pour un leader (ou un saint), solidarité de groupe, fidélité à des proches, obéissance à une tradition, esprit d'équipe ou de famille: aucune croyance n'est strictement rationnelle. Lorsqu'on fait sienne une conviction, quand on donne son assentiment ou qu'on décide de s'engager, il entre dans cette décision une part d'émotivité, ou si l'on préfère de sentiment." (pp 177-178).

There is no doubt that there are emotions in faith. 1) But it seems that this is in contradiction with what he said earlier on his attraction vis-à-vis the Christian religion: he said he was not attracted by the emotional aspect of the religion (but is faith religion, according to Guillebaud? Difficult to answer, because he never tells the meaning of the terms he uses). 2) The presence of feeling seems to lead our author, to the withdrawal of reason. But nothing prevents to experience feelings with a rational activity. And most importantly, it is possible to have feeling for certain reasons. 3) The indeterminacy of the subject of the "belief" is quite disturbing: believe in a God or a tyrant are in the same lot.

And precisely the reasons why we should become (again?) a Christian are lacking in this book. Guillebaud gives us no reason to rediscover the Christian faith to meet the problems of this world. And he gives us no reason to find a healing through the Christian faith.


Conclusion:

Unfortunately, this book is disappointing because it fails to meet the objectives stated at the openning. It seems that the desire to present its journey in Christianity has caught on the theoretical ambition. The book fails to answer the question "How did I become a Christian?", firstly because the first two chapters focus on why we all are Christians and because the last chapter shows that he cannot make the leap of faith (he shows us how it is that he is not a Christian), and, secondly, because the book raises other questions about the role of Christianity (to which he never gives clear answers).


Redevenir chrétien? Remarques sur un livre de J-C Guillebaud

J'ai remarqué qu'il y avait beaucoup de billets sur la religion en ce moment, dans les blogs philosophiques. Je voudrais contribuer à cette réflexion par un commentaire de: Jean-Claude Guillebaud, Comment je suis redevenu chrétien, Albin Michel, Paris, 2007.

French version of: Back to Christianism?



Quelques liens vers des billets de philosophie de la religion:
Ce que Dieu ne peut pas faire, Julien Dutant
L'argument ontologique rend impuissant, Florian Cova
L'argument ontologique ad hominem de Cyrille Michon, Julien Dutant
Dieu lit la presse people, Julien Dutant
Une preuve de la non-existence de Dieu, Julien Dutant
Philosophy of Religion 12, Peter Smith
Religious Experience, Peter Smith
The Trinity, Peter Smith

Notice biographique:

Jean-Claude Guillebaud est un essayiste et journaliste né à Alger en 1944. Il devient journaliste au quotidien Sud Ouest, puis au Monde et au Nouvel Observateur. Il dirigea Reporters sans frontières et fut lauréat du prix Albert Londres en 1972.

Il tient une chronique dans le supplément de télévision du Nouvel Observateur et une autre chronique dans l'hebdomadaire catholique La Vie.


Comment je suis redevenu chrétien:


1.Ouverture:

Thèse de Guillebaud:
Le chapitre qui ouvre le livre de Guillebaud est un examen de la caractérisation (surtout faite par les individus appartenant à la gauche politique) du croyant comme un individu enfermé dans les traditions, comme le rescapé ridicule d'une époque archaïque, et un examen des conséquences de cette caractérisation.

Guillebaud s'oppose à cette caractérisation: "Je ne suis pas très sûr d'avoir intimement la foi, mais je crois profondément que le message évangélique garde une valeur fondatrice pour les hommes de ce temps... Ce qui m'attire vers lui, ce n'est pas une émotivité vague, c'est la conscience d'une fondamentale pertinence." (p. 23). Guillebaud entend donc démontrer que la religion chrétienne peut fournir une réponse appropriée aux problèmes contemporains.

Argument
Il cherche à montrer que les outils actuels ne permettent pas de résoudre ces problèmes pour pouvoir renforcer l'intérêt stratégique du christianisme: "Pour toutes ces raisons, j'avais l'impression assez confuse que nous sortions pour de bon du monde de l'après-guerre et de ce qu'on pourrait appeler la "première modernité". J'avais du mal à dépasser et même à exprimer cette intuition. Je me sentais démuni, en panne de concepts. J'étais en quelque sorte sans outils théoriques." (p 36).

L'ère contemporaine en question est le monde qui résulte, selon lui, des trois révolutions: "une révolution économique avec la mondialisation, une révolution numérique avec l'apparition du cyberspace (un sixième continent), une révolution génétique qui modifie notre rapport au vivant lui-même." (p 38). Ces trois révolutions sont les facettes d'un saut qualitatif plus général, qui aurait, selon lui, une dimension anthropologique. Et ce saut provoque une inquiétude.

Selon Guillebaud, la religion chrétienne aurait les moyens de répondre, d'une part, aux problèmes théoriques posés par le saut qualitatif, d'autre part, à l'inquiétude. Comment? Parce qu'elle est un fondement solide.

À ce stade, il est difficile d'examiner la validité la thèse de Guillebaud. Car ce qu'il entend par "religion" n'est mentionné à aucun moment. La seule chose qu'on puisse dire, c'est qu'il n'entend pas par ce terme Dieu, la théologie ou l'expérience religieuse.

Le début du texte (l'énonce de la thèse adverse) laisse croire qu'il s'agit d'un phénomène social, mais quand on voit les questions auxquelles la religion chrétienne doit répondre, on est obligé de mettre de côté cette interprétation. S'il a raison de souligner que la caricature faite par certains gauchistes ne permet pas d'évaluer véritablement le pouvoir de la religion face aux problèmes contemporains, en revanche, les pouvoirs extraordinaires qu'il lui accorde, sans jamais dire clairement ce qu'elle est et dire comment elle le peut, laissent un peu sceptique.

Si on laisse de côté la question de l'interprétation, la conception de la religion (et non pas Dieu?) comme un fondement qui permet de résoudre à la fois des problèmes théoriques et des problèmes psychologiques (collectifs ou individuels) laisse le lecteur dubitatif. Imaginons que la religion chrétienne soit un fondement. Que fonde-t-elle? D'après Guillebaud, elle fonde l'humanité de l'homme.Peut-elle résoudre les problèmes contemporains et les soulager? On ne voit pas très bien comment une manière de justifier l'humanité de l'homme peut sortir de ses gonds. Guillebaud s'est peut-être exprimé avec beaucoup d'imprécisions: elle n'est pas seulement un fondement, elle est aussi son "principe directeur", ce qui lui confère sa "valeur"...

Le livre est 1) une présentation de la religion chrétienne comme un fondement; 2) une présentation de son parcours personnel dans le christianisme. Les chapitres suivants nous montrent sa progression dans la découverte du christianisme et nous présentent des arguments pour répondre à la thèse énoncée au début de l'ouverture.



2. Le premier cercle: « Les sources de la modernité »

Thèse de Guillebaud:
On (de la même manière que dans l'ouverture, il ne précise pas qui est le référent de ce "on") pense que l'Église catholique est une institution autoritaire, répressive, antimoderne, et que la modernité n'a pu s'instaurer qu'en luttant contre elle.

Guillebaud pense au contraire que le monde moderne n'aurait pas pu se faire sans la religion chrétienne et son institution: le monde moderne est l'héritier légitime de l'Église.

Argument:
La démonstration de Guillebaud est essentiellement historique. Il veut essayer de nous convaincre de la pertinence de la religion chrétienne en soulignant le rôle qu'elle a joué dans l'histoire. Ce chapitre m'a profondément ennuyé: outre le manque de précision, les associations rapides, ce n'est qu'un choc entre des poncifs historiques antichrétiens et des poncifs prochrétiens. Explicitons la thèse de Guillebaud.

Le premier héritage du monde moderne venant du christianisme, c'est l'individualisme ou l'autonomie de la personne. Pour nous convaincre, il nous fait part de son enthousiasme à la lecture de l'Essai sur l'individualisme de Louis Dumont et Les Sources du moi de Charles Taylor. On imagine qu'on est obligé de ressentir la même excitation par cette seule mention et qu'on doit le tenir pour la "vérité vraie" sans examen...

Le deuxième héritage, c'est l'aspiration égalitaire. L'exemple (le poncif) utilisé par Guillebaud est la controverse de Valladolid. Pour démontrer cela, il présuppose que la culture moderne est formé 1) de l'héritage grec; 2) de l'héritage juidaïque; 3) de l'héritage chrétien. Si une entité du monde moderne ne se trouve pas dans deux possibilités généalogiques, elle se trouve nécessairement dans la troisième. Par conséquent, ne trouvant pas l'égalité en 1 et 2, elle doit se trouver en 3. On tremble devant un tel réductionnisme historique... En outre, on ne voit pas bien comment une controverse pour savoir si les indiens ont une âme a pu aboutir à l'égalité de tous les hommes...

Le troisième héritage, c'est la notion de progrès, héritée de la notion d'espérance. Le raisonnement est semblable aux précédents: il y a la notion d'espérance dans le passé, il y a la notion de progrès dans le présent, elle n'est présente ni en 1 ni en 2, donc elle est en 3...

Quelques remarques pour terminer sur ce chapitre:
-Cette lecture de la modernité, considérée comme une entité qui n’hériterait rien du christianisme, ne se trouve nulle part parmi les historiens, les sociologues… contemporains.

-J’ai été un peu surpris par ce chapitre parce que cela m’a donné l’impression de lire les confidences d’un enfant qui se rend compte que le monde est plus complexe qu’il n’en a l’air.

-L’auteur fait des équivalences rapides dans la première étape de sa vie, comme dans la suivante. 1) L’Église c’est l’autorité à abattre ; 2) l’Église a tout donné à l’Occident moderne. Dans les deux cas, l’auteur fait des raccourcis qui ne sont pas fondés.

-On se demande si, parce que le christianisme a apporté la plupart des valeurs modernes, l'auteur pense que le christianisme est en mesure de répondre aux problèmes contemporains. Ne lui est-il pas venu à l'idée que si le résultat des valeurs modernes est problématique et que si les valeurs modernes découlent des valeurs chrétiennes, alors les valeurs chrétiennes risquent de conduire aux mêmes conclusions.

Certes, l'auteur a reconnu que le monde moderne doit beaucoup au christianisme, mais cela ne constitue pas une raison suffisante pour devenir croyant: "Reste que ce cercle, j'en suis conscient, est encore très périphérique au regard de l'essence du christianisme. Il est éloigné de la vraie foi. Le christianisme, c'est autre chose qu'une simple collection de "valeurs" humanistes. Avoir la foi, ce n'est pas adhérer simplement à un catalogue de principes normatifs, qui serait comparable au programme d'un parti politique." (p 95).


3.Le deuxième cercle: « la subversion évangélique »:

Thèse de Guillebaud
:
Il montre dans ce deuxième chapitre que le "christianisme a coupé l'histoire en deux" et que la religion chrétienne n'est pas une religion comme les autres.

Arguments:
Pour Guillebaud, le christianisme n'est pas une religion qui répète exactement la même structure que les autres: à la différence des autres religions qui, dans la structure du sacrifice, conserve le point de vue du sacrificateur et affirme la culpabilité des victimes, la religion chrétienne proclame l'innocence de la victime, prend son point de vue et ruine le sacrifice par la résurrection:

"Girard va jusqu'à faire de cet aveuglement une métaphore de celui que nous appelons "Satan" (l'accusateur, selon l'étymologie grecque). Il y a donc cette subversion inimaginable du biblique qui ruine à tout jamais le discours des persécuteurs, celui des "puissances", des "principautés", c'est-à-dire de Satan. La résurrection signifie d'abord cela. Elle est cette extravagante objection qui vient enrayer la mécanique du sacrifice sur laquelle se fondent les cultures humaines. C'est bien pour cela que le consentement est le coeur incandescent de la foi chrétienne.. C'est elle qui confère au message évangélique sa puissance subversive... Quand il nous arrive d'être étonnés, puis scandalisés -à juste titre- par ces lynchages ou ces lapidations médiatiques que j'évoquais plus haut, nous ne cherchons pas à comprendre pourquoi nous réagissons ainsi... Ce dernier vient du fait que les sociétés dans lesquelles nous vivons ont intériorisé depuis longtemps la révélation évangélique, y compris ceux qui croient la combattre. Elles sont toujours capables, certes, de commettre des meurtres collectifs mais l'unanimité qui verrouillerait complètement le dispositif n'est plus possible. Nous sommes dorénavant capables de repérer le mensonge sacrificiel, c'est-à-dire la ruse de la persécution." (pp 108-109).

Guillebaud privilégie donc la théologie de la croix à la théologie de la gloire et, en adoptant ce principe de subversion, il devient plus sensible aux problèmes de justice. Veillant toujours à justifier son parcours, il explique son engagement politique à gauche et son intérêt pour les questions sociales par la prise au sérieux du message évangélique.

Pourquoi s'est-il rapproché de l'Église si la gauche pouvait lui permettre de réaliser ce en quoi il croyait? Pour Guillebaud, la situation contemporaine est proche de la situation originelle de l'Église: le corps (les clercs et les fidèles) de l'Église est en situation de minorité par rapport au reste de la population athée ou agnostique et il a une action subversive dans ce monde qui valorise l'argent et la réussite. C'est l'affaiblissement de l'institution qui est la condition de possiblité de ce changement. Or, la gauche au pouvoir ou non, est, toujours selon notre auteur, trop impliquée dans les intérêts "temporels" pour pouvoir réaliser correctement le message évangélique. Un retour à l'Église s'imposait.

Mais Guillebaud commet la même erreur que celle du chapitre précédent: le sophisme de l'origine (A est à l'origine de B; si B, alors A). Explication. a) Guillebaud nous explique que le message évangélique transmis par l'Église est l'origine du sentiment de justice. b) Ce sentiment de justice s'est diffusé presque partout. c) Chaque fois que Guillebaud est en face d'un sentiment de justice, il pense que le christianisme est présent.

L'argument de Guillebaud ne saurait être admis. 1) C'est une erreur de raisonnement. Même si la religion chrétienne en est la cause, ce n'est pas nécessairement pour cette raison qu'un individu éprouve un sentiment de justice. 2) Guillebaud paraît incapable de concevoir l'institutionnalisation d'un comportement social qui se détache de ce qui l'a provoqué.

On ne voit pas pourquoi on devrait devenir chrétien, entrer dans l'Église, pour la simple raison qu'elle aurait provoqué certains comportements sociaux. En outre, Guillebaud n'ayant cessé de nous vanter la modernité de la religion et sa capacité à répondre aux problèmes contemporains, on se demande comment ce qui a suscité le sentiment de justice peut proposer les solutions adéquates au monde actuel. C'est une chose de susciter l'engagement social chez les hommes, c'en est une autre de susciter les capacités pratiques nécessaires pour résoudre tous les problèmes impliqués par les trois révolutions mentionnées par Guillebaud dans l'ouverture. Reste donc le dernier chapitre pour nous convaincre.



4. Le troisième cercle « la foi comme décision » :

Thèse de Guillebaud:
La foi n'est pas constituée par la raison, mais par la décision et la volonté de croire.

Arguments:
Il montre dans ce chapitre comment il est passé d’une tentative de conversion basée sur des raisons à une compréhension de la foi comme décision. Le début du chapitre rapporte les insuffisances et les frustrations de la raison face aux phénomènes religieux: l'ennui à la messe, l'impression d'incompréhension à la lecture ou à la récitation de textes canoniques (le Credo ou le Pater noster)...

La solution à ces insuffisances, c'est de changer de voie: quitter le raisonnement et aborder la croyance dans sa force décisionnelle et sa dimension volontaire. "On croit aussi parce qu'on l'a choisi. La foi présuppose une adhésion délibérée, un saut personnel et subjectif qui permet de franchir les abîmes du doute. On se trompe en présentant la foi religieuse ou la croyance philosophique comme une chose donnée de l'extérieur, par l'effet d'une logique sur laquelle le croyant n'aurait aucune prise. Cette vision qui évacue toute idée de choix, d'engagement est trompeuse. En réalité, la croyance -comme la foi- n'est pas déduite mais voulue." (pp 173-174).

Guillebaud prend le chemin emprunté par de nombreux penseurs avant lui, notamment Pascal et Kierkegaard qu'il a cités.

Quelques remarques:
-On ne voit toujours pas de réponse au problème posé initialement, à savoir la contemporanéité de la religion.

-Il évacue très cavalièrement les preuves de l'existence de Dieu, qui sont pourtant encore de nos jours âprement débattues (cf la preuve ontologique).

-C'est dans le dernier chapitre qu'on apprend que tout ce qu'on a vu plus tôt n'avait pas d'importance véritable pour la religion. La question se pose: pourquoi n'a-t-il pas commencé par le dernier chapitre puisque son thème est la religion? Car ce chapitre, qui évacue totalement la raison comme "faculté" et les raisons comme objets d'argumentation, laisse le lecteur dans l'embarras. Il aurait pu développer des formules comme "On ne "perd" pas la foi comme on perd ses clés... Ce n'est pas la foi qu'on perd, c'est la volonté de croire qui faiblit." (p 176) ou d'autres tout autant énigmatiques.

-Ce qui est met le plus le lecteur dans l'embarras, c'est le rapport entre la foi et la raison: "Croire, c'est aussi faire confiance, partager une sensibilité particulière. Admiration pour un leader (ou un saint), solidarité de groupe, fidélité à des proches, obéissance à une tradition, esprit d'équipe ou de famille: aucune croyance n'est strictement rationnelle. Lorsqu'on fait sienne une conviction, quand on donne son assentiment ou qu'on décide de s'engager, il entre dans cette décision une part d'émotivité, ou si l'on préfère de sentiment." (pp 177-178).

Il n'est pas question de mettre en doute la part d'affectivité ou d'émotion dans la foi. 1) Mais il semble que cela entre en contradiction avec ce qu'il a dit plus tôt sur son attirance vis-à-vis de la religion chrétienne: il a précisé qu'il n'était pas attiré par l'aspect émotionnel de la religion (mais la foi est-elle la religion, chez Guillebaud? Difficile de répondre, car il ne définit jamais les termes qu'il emploie). 2) La présence de sentiment semble entraîner, chez notre auteur, immanquablement le retrait de la raison. Or, rien n'empêche d'éprouver des sentiments en ayant une activité rationnelle. Mais surtout, il est possible d'éprouver des sentiments pour certaines raisons. 3) L'indétermination de l'objet du "croire" est assez perturbante: en Dieu ou en un tyran, c'est égal...

Et précisément, les raisons pour lesquelles on pourrait (re?) devenir chrétien manquent dans ce livre. Guillebaud ne nous donne aucune raison de retrouver la foi chrétienne pour répondre aux problèmes de ce monde. Et il ne nous donne aucune raison non plus de trouver un apaisement de nos inquiétudes par la foi chrétienne. Sans parler de la place et de la pertinence des raisons dans la vie religieuse.


Conclusion:

Ce livre est malheureusement décevant, car il ne remplit pas les objectifs énoncés au départ. Il semblerait que la volonté de présenter son parcours dans le christianisme l'a emportée sur l'ambition théorique. Le livre ne répond pas à la question "comment suis-je devenu chrétien?", d'une part parce que les deux premiers chapitres s'attachent à savoir pourquoi nous sommes tous chrétiens et le dernier chapitre montre qu'il n'a jamais pu faire le saut de la foi (il nous montre donc comment il n'est pas chrétien); et, d'autre part, parce que le livre pose d'autres questions sur le rôle du christianisme (auxquelles il ne donne jamais de réponses claires).

Une remarque pour terminer: ce livre, inspiré par les témoignages chrétiens, en a les défauts. Il fourmille d'anecdotes personnelles. On trouve donc des phrases destinées à impressionner le lecteur ("à l'époque où j'allais manger des petits beurres avec Régis Debray, chez le Dalaï Lama...") m'irritent profondément. Vous êtes prévenu...

Sunday, 17 August 2008

Questionnaire!

Forian Cova propose à tout le monde de remplir un questionnaire où l'on peut distribuer des blâmes et des louanges... N'hésitez pas à y participer!


Florian Cova, a young French researcher in experimental philosophy, invite us to complete a questionnaire , for his research. Feel free to participate! (French only).

Friday, 8 August 2008

The First Person, by Saul Kripke

I invite you to watch a lecture by Saul Kripke about the First Person.

Vous trouverez ici une conférence de Saul Kripke sur la "première personne".

The Ph.D/MA Program in Philosophy at the City University of New York Graduate Center hosted a two days celebration of the work of Distinguished Professor Saul Kripke, on the occasion of his sixty fifth birthday, on January 25-26, 2006.






Wednesday, 6 August 2008

Logical Games and solutions to the last games

You might know the story of the prisoner, the princess and the tiger. Do you know that we can make a lot of logical games with this story? Here you can find some.

Connaissez-vous l'histoire du prisonnier, de la princesse et du tigre? Il existe de nombreux jeux logiques fondés sur cette histoire. En voici quelques-uns.

A) Logical games:
A king put a lot of his princes in prison, but the prisons are now overloaded. He decides to empty them and to get rid of his innumerable daughters, thanks to a logic game.
The game is simple: the prince must choose a door among many. Behind the door, it may be a tiger or a princess. The only way to find what is behind is logic (and we suppose that you want to find the princess)

Un roi a emprisonné de nombreux princes. Ses prisons sont bien trop pleines. Il décide, pour vider ses prisons et pour se débarrasser des nombreuses filles nées d'un trop grand nombre de concubines, de soumettre les princes emprisonnés à un jeu.
Le jeu est simple: le prince doit choisir une porte parmi plusieurs. Derrière une porte se trouve un tigre ou une princesse. Le seul moyen de déterminer ce qui se trouve derrière la porte est le raisonnement (on suppose que vous voulez trouver la princesse).

*First game:
Door 1: "There is a princess in this room and a tiger in the other one"/ "Il y a une princesse dans cette cellule et un tigre dans l'autre".
Door 2: "There is a princess in one room and there is a tiger in one room"/ "Il y a une princesse dans une cellule et un tigre dans une cellule".
Rule: one message is telling the truth, one is a lie/une affiche dit la vérité et l'autre ment.

*Second game:
Door 1: "Both rooms are hiding a princess"/ "Les deux cellules contiennent une princesse".
Door 2: "Both rooms are hiding a princess"/ "Les deux cellules contiennent une princesse".
Rule: the message on the door 1 is telling the truth when there is a princess and is telling a lie when there is a tiger; the message on the door 2 is telling the truth when there is a tiger and is telling a lie when there is a princess/ l'affiche sur la porte 1 dira la vérité quand il y a dans la cellule une princesse et mentira quand il y aura un tigre, tandis que l'affiche sur la porte 2 mentira quand il y aura une princesse dans la cellule et dira la vérité quand il y aura un tigre.

*Third game:
Door 1: "A room at least is hiding a princess"/ " Une cellule au moins contient une princesse".
Door 2: "The other room is hiding a princess"/ "L'autre cellule contient une princesse".
Rule: same as the second game.



B) Solutions:

*Mathematical game's solution/solution du jeu mathématique:

d: voters from the Conservatives/électeurs de droite
g: voters from the Liberals/électeurs de gauche
A : set of voters in the village/ensemble des électeurs dans le village
d+g =A

First ballot/Premier tour:








Second ballot/Second tour:
















Voters/Électeurs:



















*Logical game's solution/solution du jeu logique:

A says he cannot identify a color that is not the one he has on his hat.

B says he cannot identify a color that is not the one he has on his hat.

We have no indication about C, so let's examine his case:
First hypothesis: C is yellow. But A said that there is no peer (if there was a peer, A would have said that he knows at least one color which is not the one on his hat). So B is not yellow. If so, B could have said that he knows a color which is not the one he has on his hat. Consequently, C is not yellow.

Second hypothesis: C is red. But A said there is no peer. So B is not red. If so, B could have said he knows a color which is not the one he has on his hat. Consequently, C is not red.

There is only one remaining possibility: C is green. If so, neither A nor B can tell a color which is not the one they have on their hat. Nothing more can be told about A and B.


Note: I install LateX on Blogger thanks to: Some thinks about everything (see this page).

Sunday, 3 August 2008

Mathematical game, logical game, and solutions to the last games

New games! Try to find the solutions of two mathematical and logical games! (I give the solutions to the last mathematical games).

Je propose ici deux nouveaux jeux: un jeu mathématique, un jeu logique. Vous trouverez aussi la solution aux deux jeux mathématiques précédents.


A) Mathematical game/jeu mathématique:

*Political opinions did not change in one village through the age: one part of the inhabitants voted for the Conservatives, the other side voted for the Liberals.
During one election, at the first ballot, a elector from the Conservatives decided to vote with the Liberals. At this ballot, there was the same amount of elector from the Conservatives and from the liberals.
At the next ballot, the one who went with the Liberals went back to the Conservatives and brought one Liberals within the set of the Conservatives. At this ballot, there was twice as much of electors from the Conservatives.
How many electors are they in the village?

*Les opinions politiques d'un certain village n'ont jamais varié pendant de nombreuses années: une partie des habitants votaient systématiquement à droite et une autre systématiquement à gauche.
Un jour, au premier tour d'une élection, un électeur de droite décida de passer à gauche. Ce jour, il y eut autant d'électeurs à droite et à gauche.
Au second tour, le mécontent repassa à droite et entraîna un électeur de gauche avec lui. Ce jour, il y eut deux fois plus d'électeurs à droite qu'à gauche.
Combien le village a-t-il d'électeurs?



B) Logical game/jeu logique:

*A, B and C are three good friends who are logicians. One day, we put on trial there ability. We show them seven ribbons: 2 red, 2 yellow and 3 green; and we blindfold them. For each of them, a ribbon is tie up to their hat. The other ribbons are hidden.
The blindfold is removed. To each of them, we do not ask if they are able to identify the color of their ribbon, but we ask if they are able to name one color which is not the one their have on their hat.
A says that he cannot. B too.
Can you find the color of the ribbon which is on the hat of A, B and C?

*A, B et C sont trois amis logiciens. On les soumet à une épreuve. On leur montre sept rubans: 2 rouges, 2 jaunes, 3 verts. On leur bande les yeux, on fixe un ruban sur chacun des chapeaux des logiciens (un chapeau par logicien), et on cache les quatre rubans restant.
Après les avoir débarrassés de leur bandeau, on leur demande, non pas s'ils sont capable d'identifier la couleur du ruban sur leur chapeau, mais s'ils sont capables de donner une couleur qui ne soit pas celle qui se trouve sur leur chapeau.
A répond qu'il en est incapable. B répond aussi par la négative.
Pouvez-vous retrouver la couleur des rubans de A, B et C?


C) Solutions to the last mathematical games:

-First game (feeding the animals):
A: set of animals (10 animals)
x: cat (a cat eats 5 biscuits)
y: dog (a dog eats 6 biscuits)
x+y= 10

6y+5x=56
6y+5(10-y)=56 *
6y+50-5y=56
y+50=56
y=56-50
y=6
There are 6 dogs and 4 cats (10-6).
*x=10-y


-Second game (big and tiny birds):
x: big bird
y: tiny bird
Tiny bird: half the price of a big bird (2x=y)
The woman is buying 5x and 3y, and she would have saved $200 if she would have bought 3x and 5y.

5x+3y=3x+5y-200
10y+3y=3x+5y-200*
13y=6y+5y-200**
13y=11y-200
13y-11y=200
2y=200
y=100
Consequently, a tiny bird costs $100 and a big one costs $200 (x=2y).
*5x=10y
**3x=6y

Solutions for the two new games coming soon!

Saturday, 2 August 2008

The Putnam and Rorty debate and the Pragmatist Revival

An analysis of the debate between Hilary Putnam and Richard Rorty on truth, warrant, and reality. From "American Philosopher", a film by Phillip McReynolds.






Two PhD Studentships in Foundations of Logical Consequence

Arché is offering two three-year PhD studentships for uptake from January 2009. The studentships are intended to support doctoral research within the scope of the Foundations of Logical Consequence Research Project. These studentships provide full coverage of tuition fees for EU students. They provide, in addition, a yearly maintenance grant of up to £12,500 for students from within the UK. These studentships are not open to applicants from outside the EU.

Closing date: 30 September 2008.

Applicants must apply for admission to the St Andrews Philosophy Graduate Programme through the Postgraduate Admissions Office by 30 September 2008. For instructions on how to apply see: Saint Andrews. Please indicate in your application that you wish to be considered for these studentships in Arché. In addition to meeting all of the standard University requirements for new PhD applicants, it may be advantageous for you to include with your application a longer writing sample (up to 6000 words) and short statement of your research interests detailing how your proposed research will contribute to the overall aims of the Foundations of Logical Consequence project.