Thursday, 26 April 2012

Bad news for Kant's Aesthetics

My paper about Aesthetic Realism and normative aesthetic judgments, written with Florian Cova, is published. Abstract and extract are available on The Monist's website.

Monday, 2 April 2012

Micah True found an unending trail

On the 8th of March 2012, Micah True, a.k.a. Caballo Blanco or Whitehorse or Michael Randall Hickman or the Ghost of the Sierra Madre, wrote on his wall on Facebook: "The smiling little girl sitting on my knee says "Grampa Caballo, tell me some story."" This is how he answered: "Where to begin? The story/life, like korima, is a circle. There is no beginning. There is no end. The trail goes on forever. The Cosmos is a giant glittering electro-chemical-nuclear snake swallowing its own tail just for fun." Somewhere between the 29th of March and 1st of April 2012, Micah True found the trail with no end. His body was found by a search and rescue team after 4 days of searching.

I'm not going to give any details about his life, I don't know much about him, and much that we know is biaised by McDougall's book Born to run, where he's portrayed as the depositary of the Raramuri culture and running habits. Some aspects are factual. He was a boxer. And a pretty good one he was.

He met the Raramuri runners during the Leadville ultramarathon. He went to the Copper Canyon, a part of the state of Chihuahua, in Mexico. And he lived here. It's also true that he came to fame and that his masterwork, the Copper Canyon Ultramarathon came under the light thanks to Born to run and the famous 2006 run with Scott Jurek, Jenn Shalton, Christopher McDougall, Luis Escobar, Billy Barnett, Eric Orton, and Barefoot Ted McDonald (photos Luis Escobar). 

In the last photo, Micah True is discussing with McDougall in the background. This run is the origin of three distinct but correlated fame and destiny: Christopher McDougall and theoretical minimalism; Barefoot Ted and Luna Sandals's company; Micah True and the "globalization" (meaning that more runners from other countries come) of the Copper Canyon ultra marathon (CCUM), which existed since 2003.

But I'm not an expert of his biography, we weren't close friends, and he rejected explicitly to be a leader of the minimalism and bare feet trend that grew under Born to run's influence. "Less is more" was his motto in that area, meaning the shoes companies will find a way to make people pay more for less technology. When asked about his or the Raramuri running technique, two distinct aspects were tackled: i) how to run: "run light, smoooooth", with short steps were always his words, (along with "I don't care what you shoes are"); ii) the meaning and values of running, or why we run: hope, love, respect and peace, were always his words. I can't express them better than here.

The CCUM was his thing. Korima, as he said was everywhere. The Raramuri gave him much, and he gave back a lot:

Korima between traditional and modern world. "The Raramuri have helped us. WE help them. Korima: A circle of sharing. Run Free!", he wrote on Facebook the 27th of February 2012. Like Manuel Luna and Barefoot Ted in 2006 (origin of Luna Sandals):

Medias were more and more present in the CCUM: "Runners from 14 countries, and Hiroki Ishikawa, el Dragon de Japan wants to come, making it 15! amd movie makers from all over the world [geeeezzzz--not my thing] but, said one; "its a public event. You have no control." Caballo has no control. I do have a voice.", he wrote the 12th of February. And yet his enthusiasm did not fade. The 26th of February, he wrote: "This next Sunday will be one of the greatest  races the world has never seen. And ya know who is going to see it? You....crazy people. Mas Locos. Mas Locos see things that "normal" people do not see. Who knows if we will get a chance like this again......Make the best of it [every day] and Run Free!" The 3rd of March, "Over 450 runners, including over 300 Raramuri are in Urique canyon for the the CCUM.....Mas Loco...….. All participants, from 15 countries along with over 300 raramuri [tarahumara runners] running for/in peace at the bottom of no-where. nowhere but beauty. kuira Ba--WE are one."  He wasn't an average race manager. He was fond of his runners, who answered to his fondness according to the humble man he was, and to the legend he was in the ultra-running community.

Who he was? Why he was who he was? I don't know and I don't pretend to know the answer. I just like what he did and his choices. Highly honorable choices. Concerning who he was, I will let him answer that question: "Caballo Blanco is no hero. Not a great anything. Just a Horse of a little different color dancing to the beat of a peaceful drum and wanting to help make a little difference in some lives. If i were to be remembered for anything at all, I would want that to be that I am/was authentic. No Mas. Run Free!" (Facebook, 13th of January 2012).

Like many, when the search began, I thought he would survive this. I saw many travel to New Mexico to increase the ranks of the search teams, many to send messages, to find ways to keep others inform with up-to-date minutes. It was amazing. Korima again, he may have thought. He gave much to us, and we gave what we could. Seeing this must have been comforting for his family and his friends. And all my sympathy is with them. I don't know if life is like korima, but he launched a circle of sharing in life for many of us.

A piece done posthumously by one of his friends. 

Patrick Sweeney's gallery of photos from CCUM 2012  (no offense intended, I grounded my choice to use this link on this message on Facebook: "Here's my entire gallery from the trip. Feel free to copy, post, or print and set on fire any pics you'd like.", 03/25/2012).

A montage of pictures of the late Micah True by P. Sweeney. 

A short film about Raramuri with appearances of Micah True.

Micah True did many appearances as a guest talk. Some versions were recorded and shared on the web. Like this talk. Many others are narrated on blogs.

McDougall on Micah True. His hommage on Outside.

A video where El Coyote Luis Escobar talks about Micah True and Barefoot Ted.

Caballo Blanco's Last Run, in the New York Times, by Barry Bearak. 

A discussion of Micah True's cause of death: It’s Not “Natural”, and Definitely Not Normal, to Die From Cardiac Arrest: The Death of Caballo Blanco, by Sock Doc.

Thursday, 22 March 2012

Jérôme Kadian à Systema-Lyon ou comment les Lyonnais ont appris à faire des pompes saoudiennes

Les samedi 10 et dimanche 11 mars 2012, l'association Systema-Lyon a accueilli pour un stage Jérôme Kadian, fondateur et instructeur à Systema-France (Paris), dont l'enseignement est fondé sur les méthodes de Vladimir Vasiliev et Mikhaïl Ryabko. J'ai eu la chance d'y participer. Grâce à Étienne B. (merci Étienne !), qui m'autorise à utiliser les photos qu'il a prises pendant le stage, je peux utiliser l'image comme support pour vous présenter ce qui a eu lieu pendant le stage et vous faire part de mes impressions. Plutôt que de faire un déroulé chronologique du stage, j'ai opté pour une présentation plus pédagogique, qui met en exergue des aspects spécifiques au Systema.

A) Les 4 principes fondamentaux du Systema

La respiration est adaptée à la situation et contrôlée, même en cas de stress. Surtout lorsque Jérôme K. (à gauche, avec un maillot à manches longues grises) vous frappe dans les côtes...  Avec le sourire s'il vous plaît. En évitant l'apnée, on évite la rigidité du corps et de l'esprit, l'intrusion de la panique, l'épuisement (les produits du métabolisme du stress sont évacués plus rapidement). Et il n'y a pas que dans le combat que ça marche.

Un mouvement continu de l'esprit et du corps. Pourquoi? Pour éviter l'agression, éviter d'être submergé, pour maximiser le chaos quand la situation est désespérée, obliger l'agresseur à se mettre sur la défensive,  ajouter de la confusion dans une condition avec multiples agresseurs. Bien que Stéphane (t-shirt gris à manches courtes) possède le bâton, un instrument qui pourrait lui donner un avantage, la mobilité de Jérôme l'oblige à redoubler d'attention.

Avoir une bonne structure, c'est conserver l'alignement du corps dans sa structure et dans chacune des parties de la structure. Cela permet à la fois d'obtenir une efficacité maximale dans les mouvements et de ne pas "faire bloc", c'est-à-dire de pouvoir utiliser des membres ou des parties du corps de manière indépendante. Ici, la personne au sol peut échapper à la pression exercée par le bâton sur son corps en l'alignant et mobilisant la partie nécessaire de son buste pour sortir (bravo Seb!).

Apprendre à distinguer la partie psychologique et la partie mécanique, l'agressivité et la force, du combat et d'une situation d'agression est un principe fondamental du Systema. Contrairement à d'autres styles de self défense, le Systema ne développe pas l'agressivité pour augmenter les chances de s'en sortir. Pour beaucoup, c'est une vraie découverte de remarquer qu'on peut frapper sans être complètement contracté physiquement et psychologiquement. La détente dans le combat a de multiples avantages: les réactions mentales et psychologiques sont plus rapides, l'énergie de la frappe donnée se transmet mieux, l'énergie de la frappe reçue se diffuse au lieu de rester dans le corps, l'épuisement vient moins rapidement, et les chutes ont moins de chance de provoquer des blessures. Bref, c'est plus économique et efficace. Ici, Jérôme vient de mettre un joli ch'ton à Seb de manière détendue. Il n'y a pas d'agressivité qui s'exprime de sa part, il est bien relâché tout en conservant une bonne structure, en respirant et en continuant à bouger. Notez bien que Seb fait la même chose de son côté: il relâche la partie frappée, respire, bouge dans le sens de l'impact, sans résister -ce qui implique une chute- pour se restructurer ensuite.

B) Les situations de base:
Le Systema est plus un style de self-défense qu'un art martial, même si sa philosophie, ses principes, son aspect thérapeutique peuvent le rapprocher des arts martiaux. Au niveau du combat, l'idée est de se confronter à des situations où l'on est vulnérable pour voir comment on peut s'en sortir, en appliquant les principes vus plus haut. Pendant le stage, on a pu voir plusieurs situations de vulnérabilité.

Le sol
Bon, il y a du couteau et de la défense au sol, mais c'est la seule photo avec moi…  La pression étant exercée en haut du corps, j'ai choisi de mobiliser le bas du corps, pour me réaligner ensuite et m'éloigner rapidement de ces chaussettes roses à petits coeurs. Peut-être pas le meilleur comportement que j'ai eu pendant ce stage...
En systema, le travail au sol est souvent la première étape d'un travail plus complexe. Pédagogiquement, souvent, la routine consiste à partir d'une situation statique simple avec une réaction à suivre très intuitive et évidente, puis à rajouter des éléments pour se rapprocher petit à petit de la complexité d'une situation réelle. Par exemple, avec un couteau: (i) une personne allongée statique, une autre agenouillée qui pique la première dans un mouvement lent et qui attend qu'elle puisse s'en sortir; (ii) debout, identique; (iii) identique à (ii), sauf que la personne qui se défend peut se défendre avec les épaules; (iv) identique à (iii) sauf que la personne qui se défend peut utiliser tout la partie extérieure du corps; (v) identique à (iv) sauf que la personne qui se défend peut se mouvoir; (vi) identique à (v) sauf que les deux peuvent se mouvoir; (vii) identique à (vi) sauf que la personne qui se défend peut frapper… jusqu'à la situation du combat libre.
Apprivoiser le sol n'est pas évident, car on a l'impression que la personne debout, par un effet de perspective, est supérieure à nous, mais cette perspective peut être corrigée très rapidement…

Le couteau
Il n'y a pas de recettes magiques pour le couteau et le systema ne prétend pas vous permettre de sortir d'une agression avec un couteau sans aucune égratignure. Au mieux, on essaie d'apprendre à ne pas finir en chiche kebab. Jérôme en raffole, mais il n'a pas manifestement pas envie de finir embroché. Et pour cela: respirer (il inspire), bouger (il pivote), détendre (il relâche ses membres et son buste), structurer (il reste aligné et utilise son buste sans mobiliser inutilement tout le reste). Dans cet exercice qui consiste seulement à absorber, sans riposter, Jérôme pivote autour de son axe pour éviter le tranchant, éviter d'offrir une trop grande surface vulnérable, et préparer une riposte. Résister et contracter tous les abdos, pour arrêter une lame, c'est finir avec une percée bien profonde dans les organes. Même dans cette situation, Jérôme serait peut-être déjà coupé, mais l'entaille resterait superficielle.
Remarquez que résister et contracter ces abdos pour se défendre face à coup de poing ou de pieds n'est pas une bonne stratégie non plus dans la condition où l'on se fait frapper avec les poings ou les pieds

Les agresseurs multiples
… sont en train de se faire corriger par Jérôme. Je n'aimerais pas être à la place de Manu qui se fait tirer une oreille. Bon, cette photo ne montre pas l'intérêt de la mobilité, de la respiration dans la situation des agresseurs multiples, mais elle me plaît beaucoup, et on voit bien l'alignement de Jérôme et sa détente. En penchant un peu son genou et détendant son cou, il peut faire tomber Stéphane sur Manu et se débarrasser des deux.

Le bâton
Ah! le bâton sert à tout en systema:

-casser des branches:

-balayer les jouets cassés:

-tuer les serpents, surtout ceux de l'espèce emmanuelum rampum:

-poser des tuteurs pour les rosiers:

Oui, le bâton sert vraiment à tout en systema.

C) Entraînements typiques du Systema pour le renforcement et la santé du corps et de l'esprit

Le massage
Ne vous emballez pas, le massage russe n'est pas un massage californien. C'est un véritable renforcement du corps pour celui qui se fait masser et celui qui masse. Il y a plusieurs variantes autour du massage. Dans la variante qu'on peut voir sur la photo, le masseur est en position pompe style systema (notez les poings fermés, l'alignement des poignets sur les avants-bras), et fait le tour du massé, en mettant tout son poids sur les parties charnues du massé. L'idée est de se déplacer en relâchant les contractions inutiles et en continuant à respirer. Les pompes ne sont pas en systema juste une manière de faire gonfler ses épaules, mais une manière d'explorer et de renforcer le corps entier. Le massé est au sol, et ce n'est pas du yoga. Il doit visualiser les parties corporelles sollicitées par la pression et relâcher les zones concernées, tout en respirant en fonction des émotions et des sensations qu'il éprouve.

Un autre type de massage:

Massage pour le bassin. Descente de 5cm du bassin assurée après le relâchement. Et exercice d'équilibre et de dextérité pour le masseur.

Les pompes
Les pompes font parties des quatre éducatifs ou exercices de base du systema (levée de buste, levée du bas du corps, squat et pompes). Chaque éducatif offre une quantité indéfinie de variantes. Elles sont pratiquées à des rythmes variants par exemple de 3s-20s pour descendre, et idem pour remonter. Ici, les deux partenaires travaillent. Celui qui est au sol travaille l'alignement des bras et la localisation de la contraction musculo-squelettale (pas de tension dans les jambes par exemple, mais juste ce qu'il faut dans les bras et les épaules). Celui qui fait la pompe travaille l'équilibre évidemment, le positionnement des poings (comme celui qui est au sol d'ailleurs), et le contrôle de la tension. Comme indiqué plus haut, les pompes en systema ne sont pas seulement des exercices pour les épaules et les bras, mais une préparation complète à la frappe (et même au combat, selon Vasiliev). Il ne s'agit pas seulement de se mouvoir de haut en bas, mais d'utiliser les points d'appui pour faire bosser l'ensemble, la force utilisée traversant les bras pour aller jusqu'aux pieds, la sensibilité des poings sur le sol comme satellite pour les tensions du corps (si une sensation disparaît, c'est qu'une contraction inutile est apparue). Toujours selon Vasiliev, si les pompes sont pratiquées correctement -c'est-à-dire en conservant une certaine relaxation du corps et en mobilisant seulement les muscles et les tendons nécessaires-, elles servent d'entraînement pour les coups de poings, car elles permettent d'apprendre à frapper sans tensions inutiles, apportant un bénéfice dans la précision, l'efficacité, le contrôle de la fatigue.

D) Quelques aspects et moments significatifs du stage

Il n'y a malheureusement pas de photographies immortalisant les moments où Jérôme K. a introduit les Lyonnais aux pompes saoudiennes. Ces appellations et entraînements typiques resteront donc dans l'ombre et conserveront le mystère qui les entoure. Seuls les initiés comprendront.

Nous avons eu cependant une grande envolée sur les risques des blessures au couteau. Attention, un couteau, ça pique:

En fait, la tirade de Jérôme K. était une comparaison entre les parties corporelles à utiliser pour se défendre dans une situation d'agression avec couteau. Comme on le voit bien sur les photos suivantes, il suggère d'utiliser la partie extérieure du corps, car la partie intérieure est très vulnérable: une entaille dans les tendons et le système vasculaire dans les parties du corps tournées vers le corps a des risques plus élevés qu'une coupure sur la partie extérieure. Comme l'a dit Jérôme, en situation de stress/panique, 30-20s de conscience avec coupure sur les veines du poignet, 20s de conscience avec coupure dans les veines du coude, 15-10s de conscience avec coupure dans le creux de l'aisselle, 5s avec coupure sur la carotide. Je ne sais pas si ces informations sont exactes, mais intuitivement, ça fait sens.

Il utilise le côté extérieur du poignet pour dévier l'avant-bras de son "adversaire".

Au final, un stage très complet et particulièrement stimulant ! Ce stage a fédéré une soixantaine de personnes en tout, un joli succès pour l'association Systema-Lyon, qui a su accueillir chacun des participants, dans de bonnes conditions et dans une excellente ambiance ! Je tiens aussi à tirer mon chapeau aux femmes qui sont venues, qui ont apporté leur bonne humeur et leur force d'âme à ce stage.

Pour plus d'informations:

Thursday, 1 March 2012

From monkey to lunar monkey

Un billet pour mes amis francophones qui veulent comprendre pourquoi je suis passé des Vibram KSO aux Luna Sandals pour courir. Autrement dit, pour les gens qui courent avec moi et qui se disent: Mais qu'est-ce qu'il a ce type à courir en tongs ?

J'ai couru avec des chaussures modernes (principalement des Asics, avec une petite aventure chez Mizuno) jusqu'en 2010. À l'automne 2010, j'ai introduit le barefoot running (course pieds nus). J'ai augmenté petit à petit la distance à mesure que mes pieds et mon corps s'habituaient à la sensation et à l'effort. Au printemps 2011, je me suis procuré une paire de Vibram. À partir de ce moment-là, j'ai transitionné pour passer petit-à-petit de la chaussure moderne aux Vibram, en alternant barefoot running, chaussures modernes et Vibram.

Après avoir parcouru environ 1500km dans ma paire de KSO, malgré tous les plaisirs et les avantages obtenus, j'ai voulu trouver autre chose. Pourquoi? Il y a trois défauts dans les Vibram:
1) Bien que le tissu soit assez respirant, la régulation thermique n'est pas optimale. Le pied surchauffe dans certaines conditions.
2) L'attache entre la semelle et le tissu au niveau du pouce est trop fragile et ne résiste pas à la friction. De mon point de vue, cette attache devrait se faire quelques millimètres plus haut, car actuellement, elle est dans la zone de pression du pouce sur le sol au moment de la relance/poussée.
3) En cas de pluie, le tissu n'est absolument pas protecteur et on en vient rapidement à penser qu'on n'en a pas vraiment besoin.

Ma recherche consistait alors à trouver une paire de chaussures qui possède les avantages des Vibram et qui puisse résoudre les trois autres problèmes. Quels sont les avantages des Vibram par rapport aux chaussures modernes?
1) Elles sont moins chères.
2) Elles sont entièrement recyclables
3) Elles sont ultra-légères
4) Elles sont souples.
5) Elles n'ont pas de compensation au niveau du talon, ce qui oblige à prendre une bonne posture (type Pose Running, voir cette vidéo avec Lee Saxby).
6) Elles préservent la biomécanique de la course (notamment l'écartement des doigts de pieds dans la réception et dans la poussée)
7) Elles n'entraînent pas l'atrophie de certains muscles et ligaments des pieds et des jambes.
8) Elles n'ont pas de zone parasite entre le pied et le sol, qui empêche de sentir le sol et qui ne permet pas aux pieds de prendre une forme adaptée à son environnement.
9) Elles sont agréables à porter.
10) Elles sont résistantes et polyvalentes.

Comme beaucoup de minimalistes, j'ai lu Born to Run. L'option restante, après les Vibram (Barefoot Ted, l'un des premiers à avoir testé les Vibram pour la course à pieds) et les chaussures modernes (tout le reste de la bande des coureurs), c'était celle des sandales (les Raramuri). Barefoot Ted ayant créé une entreprise de fabrication de sandales sur le modèle de celles portées par les Raramuri (d'après les conseils de l'un de leurs meilleurs coureurs, Manuel Luna), je me suis naturellement tourné vers les produits Luna Sandals. Les sandales remplissent les 10 conditions des Vibram, les deux premières conditions et en partie la troisième. En partie seulement parce qu'une bonne partie des produits Luna Sandals sont faits en pur cuir, et résistent difficilement à une exposition répétée à la pluie et à des conditions extrêmes. Luna Sandals propose des modèles faits pour le trail, résistants à ces conditions, mais dans la même matière que les semelles Vibram (qui leur fournit leurs semelles). Pour ma part, j'ai donc opté pour l'un de ces modèles, fait pour le trail, résistant à l'eau et à des conditions un peu extrêmes.

Qu'en pensé-je? Très franchement, je suis très satisfait. J'ai même trouvé des avantages sur le plan de la course par rapport aux Vibram:
1) On peut les retirer facilement. Une surface qui vous fait envie? Un caillou coincé sous le pied ? Pas de problème, on enlève ses sandales et c'est parti! C'est un peu plus laborieux avec les Vibram (surtout si on a transpiré dedans, ce qui a provoqué le refroidissement de la chaussure et entraîne un peu plus difficulté à les mettre car elle glisse moins bien).
2) Ces sandales se lavent très facilement et ne présentent pas le problème de l'odeur des Vibram.
3) Elles entretiennent ma nature biophilique. J'aime le contact direct avec le vivant. Revenir d'une sortie avec des pieds pleins de terre, avec de bonnes bactéries, ça me fait plaisir.
4) Elles encouragent encore plus que les Vibram à considérer les chaussures comme un outil et non plus comme une personne. Les coureurs en chaussures modernes semblent avoir oublié que les chaussures sont sensés protéger leurs pieds et non l'inverse. Ils prennent trop soin de leurs chaussures, plus qu'il n'en faudrait.

Le seul point négatif n'est pas vraiment rédhibitoire, mais seulement un peu technique: le laçage ou le réglage du lacet selon les modèles. Ce n'est pas qu'apprendre à lacer soit difficile, c'est l'ajustement aux pieds qui sont les vôtres, rien que les vôtres et qui n'ont qu'eux comme critères pour ce qui leur va et ce qui ne leur va pas, l'ajustement donc qui demande quelques coups d'essai.

Friday, 10 February 2012

Moi je m'appelle Ciboulette

J'ai assisté à une représentation de Ciboulette dernièrement, une opérette en trois actes de Reynaldo Hahn, sur un livret de Robert de Flers et Francis de Croisset, créée le 7 avril 1923 au théâtre des Variétés (Paris, France).

Je ne ferai pas de critique musicale et dramatique, puisque pour des raisons indépendantes de ma volonté, j'ai dû quitter la salle avant la fin de la représentation.

L'ouvrage ne brille pas trop du côté de l'innovation. En 1867, Ciboulette, une jeune maraîchère des Halles de Paris, cherche désespérément l'amour. Une poissonnière, diseuse de bonne aventure à ses heures, lui dit qu'elle trouvera l'amour si elle peut remplir ces trois conditions: qu'elle découvre son futur époux sous un chou, qu'une femme devienne toute blanche en une seconde devant elle, et qu'elle reçoive un faire-part dans un tambour basque. Emportés dans cette aventure à mi-chemin entre une succession d'épreuves initiatiques et une destinée qui s'accomplit dans l'amour, nous suivons l'histoire de Ciboulette et de celui qu'elle finira par épouser, Antonin de Mourmelon. L'amoureux, idiot comme il se doit, est d'abord tourné au ridicule par une cocotte, Zénobie, qui lui préfère un capitaine de régiment, le capitaine Roger; puis Antonin est pris en main par un mentor, Duparquet, qui essaie de gérer comme il le peut la bêtise de son disciple, afin d'unir ces jeunes tourtereaux.

Je m'attarde un peu sur Duparquet, c'est la figure de l'amour dans la pièce. Il voit les couples se faire et se défaire. Il fait et défait des couples. Il chante et vante l'amour joyeux, bête et heureux. Il donne toujours raison aux jeunes parce qu'ils sont jeunes. Pourquoi? Parce que, comme il le dit lui-même, il fut un "amant célèbre". Lequel ? Ni plus ni moins que Rodolfo. Le Rodolfo de la Bohème de Puccini. Celui qui chante Che gelida manina. Celui qui participe au duo O suave fanciulla, etc. Voilà comment terminent les amants célèbres de l'opéra quand leur amante vont manger les pissenlits par les racines. Ils vont se refaire une santé à l'opérette.

Cette manière de jouer ouvertement avec l'amour traité dans le registre sérieux et les références du public, c'est peut-être ce qui fait la patte de Reynaldo Hahn dans Ciboulette. On le voit encore dans sa référence ouverte au fameux duo de Manon et Des Grieux (Manon, écrit par Massenet, l'un des professeurs et amis de Reynaldo Hahn):

Toi ! Vous !

Oui, c'est moi, moi !

Que viens-tu faire ici ?
Va-t-en! Va-t-en! Eloigne-toi !

Oui ! Je fus cruelle et coupable !
Mais rappelez-vous
tant d'amour ! Ah ! dans
ce regard qui m'accable,
lirai-je mon pardon, un jour?

Eloigne-toi !

Au cours du 1er acte de Ciboulette, Zénobie réagit à l'interpellation du Capitaine Roger par la première réplique de Manon ("Oui, c'est moi…") à la note près.

Un détail peut-être. Reynaldo Hahn semble apprécier les amants célèbres. Pourquoi choisir 1867 comme date de contexte? Ce n'est sans doute pas à cause des nouvelles lois sur les Sociétés Anonymes publiées cette année, ou à cause de la loi Duruy. Certainement pas. En revanche, 1867, c'est l'année de création de Roméo et Juliette de Gounod au Théâtre Lyrique de Paris. Avec non pas une Ciboulero, mais une Carvalho dans le rôle de l'amante célèbre…

Quelques extraits:

"Moi je m'appelle Ciboulette", par Régine Crespin

Ce qu'est Aubervilliers? "C'est pas Paris, c'est sa banlieue", par Susan Graham:

Tuesday, 7 February 2012

Le Systema au festival des arts martiaux de Decines-Charpieu

Une vidéo de démonstration (faite par un amateur sur un téléphone portable...) sur le Systema Ryabko, avec mon instructeur Stéphane Vartanian et mes partenaires de "jeu", faite lors du 9ème festival des arts martiaux de Decines-Charpieu (4/02/2012). On y retrouve, entre autres, les classiques du Systema en self-défense: la chute, la défense au sol, la défense face à de multiples agresseurs, la défense contre un agresseur armé d'un couteau. À signaler une mention spéciale dans le JT de 19/20 Rhône-Alpes du 5 février 2012 (à partir de 21 mn environ), disponible sur Replay pour les jours qui viennent.

À noter:
*Une vidéo pro sera disponible prochainement sur cet événement. Information à venir. Stay tuned !
*Des vidéos sur les autres arts martiaux présentés à ce gala sont disponibles sur youtube.

Tuesday, 31 January 2012

Le Gros, la vache et le mainate

Cette pièce de théâtre s'est terminée par le metteur en scène Bernard Menez demandant aux spectateurs lyonnais présents de ne rien révéler sur ce qui s'est passé. Mais puisque Bernard Menez est le metteur en scène de la pièce dans laquelle il joue le metteur le scène, il n'est rien de plus qu'un acteur qui dit son texte. Il joue avec nous, jouons avec lui.


Le gros, la vache et le mainate est opérette barge selon la description de la plaquette. Certes on voit bien ce que ce spectacle tient de l'opérette. L'intrigue tient du vaudeville (un couple homosexuel entouré par deux tantes -oui, des tatas, des personnes de sexe féminin, reliées par le sang ou le mariage, aux parents des membres du couple d'homos- toutes aussi grincheuses que désopilantes). On y assiste à des numéros de danse. Un mainate chante du Francis Lopez. Bref un cabaret mâtiné de musique et d'une intrigue un peu étrange, ont participé à la procréation d'un spectacle bizarroïde qui s'approche de l'opérette.

Mais c'est surtout le côté barge qui l'emporte. L'entreprise de déconstruction des mécanismes du théâtre est jusqu'au-boutiste et introduite de manière destructrice. C'est en effet la destruction progressive des éléments du théâtre qui entraîne petit-à-petit la mise à jour des présupposés d'un spectacle théâtral: le décor et les techniciens (destruction des parties du décor et annonce des techniciens), des acteurs (l'un se blesse et est remplacé par le metteur en scène qui joue le metteur en scène), la place hiérarchique du metteur en scène (la rébellion des acteurs), l'intrigue (qui se désagrège petit-à-petit), l'auteur (dont on se moque). Tout ce qui fait l'arrière-fond du théâtre, ce qui rend possible le théâtre mais qu'on ne voit pas, passe au premier plan.

Le hic évidemment est que cette entreprise de destruction n'arrive jamais à son but puisqu'elle est jouée. On n'a qu'une représentation de l'arrière-fond et non une présentation des mécanismes du théâtre en eux-mêmes. L'arrière-fond se dérobe donc toujours. On en vient à penser alors que ce n'est pas le fond de l'affaire. S'il y a bien des surprises dans le déroulement du spectacle, il y a peu d'innovation (ce qui n'est pas nécessairement un défaut) dans l'intrigue et la motivation des personnages: la naissance, la vie, l'amour, la mort. Formule simple mais toujours efficace, qui fait l'objet de cette pièce. Ces questions sont abordées à partir du point de vue de notre société: l'amour et la parentalité chez les couples homosexuels, la vieillesse et l'utilisation à outrance de la médicalisation dans les soins palliatifs, la médicalisation et l'accouchement, la modification du corps humain par la médecine, la vie (ou la mort !) sexuelle, la perte des êtres aimés et le deuil, etc.

Ce sont des pointures qu'il fallait pour jouer avec humour et provocation une pièce qui fait rire et traite sans ménagement ces sujets, et ce sont des pointures qui le font. Avec Olivier Martin-Salvan, Jean-Paul Muel, Luca Oldani, Pierre Vial, Pierre Vial, sans oublier le pianiste Laurian Daire, on se bidonne. Il n'y a vraiment pas d'autres mots. Et on se bidonne parce que manifestement, ils prennent plaisir à repousser la source du rire dans ses derniers retranchements. 

Le Gros, la vache et le mainate

Une pièce de Pierre Guillois
Mise en scène Bernard Menez
Assistante à la mise en scène Sophie Cusset

Laurian Daire (pianiste)
Pierre Guillois
Olivier Martin-Salvan
Jean-Paul Muel
Luca Oldani
Pierre Vial

Composition musicale François Fouqué
Décors Audrey Vuong
Lumières Jean-Yves Courcoux
Costumes Axel Aust
Direction vocale Céline Bothorel
Chorégraphe Sophie Tellier
Maquillages et perruques Catherine Saint-Sever
Arrangements musicaux Laurian Daire

Le Quartz – Scène nationale-Brest
Théâtre du Peuple - Maurice Pottecher de Bussang

Saturday, 21 January 2012

A Mexican tale about life

One day a rich Westerner who had made sqillions from speculating on the stock market was strolling along the beach and saw the fisherman pulling in his boat with his meager catch.

The rich Westerner stopped and remarked “not much of a catch today”. The fisherman replied “yes not much” but explained that his small catch was enough for him and his family.

The rich Westerner asked, “But what do you do with the rest of your time?”
“I sleep late, play with my children and have an afternoon’s rest under a coconut tree. In the evenings, I go to the local pub to see my friends, play some music, and sing a few songs….. I have a full and happy life.” replied the fisherman.

The rich Westerner ventured, “I have an MBA from Harvard and I can help you…… You should start by fishing longer every day. You can then sell the extra fish you catch. With the extra revenue, you can buy a bigger boat. With the extra money the larger boat will bring, you can buy a second one and a third one and so on until you have a large fleet. Instead of selling your fish to a middleman, you can negotiate directly with the processing plants and maybe even open your own plant. You can then leave this little village and move to a city from where you can direct your huge enterprise.”
“And after that?” asked the fisherman.

“After that? That’s when it gets really interesting,” answered the rich Westerner, laughing, “When your business gets really big, you can start selling stock in your company and make millions!”

“Millions? Really? And after that?” pressed the fisherman.

“After that you’ll be able to retire, move out to a small village by the sea, sleep in late every day, spend time with your family, go fishing, take afternoon naps under a coconut tree, and spend relaxing evenings with friends…”


Thursday, 19 January 2012

Dongria Kondh’s resistance against Vedanta


"They [Vedanta, a mining company] want to take these rocks [bauxite, the raw material of aluminium] from the mountain. These rocks are the reason our children can live here. Because of these, the rain comes. The winter comes, the wind blows, the mountain brings all the water. If they take away these rocks, we'll all die. We'll lose our soul."

"Initially, they [Dongria Kondh, the locals] welcomed the company. But now they realize their mistake, because they live like dogs. Now they realize they've lost their land and their homes forever. 

"When people said they wouldn't leave, they [Vedenta] came with bulldozers at night and demolished their home."

"But now the bauxite dust is mixing into the wells and streams."

"Now they're trying to tell us that the company will do good things. But we say, "You don't have to take care of us. We can take care of ourselves. We'll lead our lives the way we know."

Tuesday, 17 January 2012

The Crisis in Education

We are in a multi-crisis world according to experts. Our civilization is in crisis. Civilization is failing because education is also in crisis -a chain of crisis, so to speak-. Values are no longer respected and kids are disoriented. Knowledge is being taken over by specialized skills, and many things that were known and considered the pillars of humanity are being forgotten. Wisdom is obsolete, nobody seeks nowadays to develop his/her soul and to find peace of mind. Habits are battled away by the constant changes and enormous leaps in civilization, i.e., those who learned a set of essential habits to live and appreciate the world as it was don't understand anymore and can't live in the new